Kit de survie en temps de crise : 8 conseils pour tenter de passer la crise au chaud

Depuis quelques temps déjà, nous prenons beaucoup de plaisir à créer des infographies pour vulgariser certains concepts de Web marketing (optimiser son référencement, doper sa présence en ligne, écrire pour le Web…). Vous êtes de plus en plus nombreux à les consulter et j’espère à les apprécier.

Actualité oblige, nous sortons un peu de notre thème de prédilection pour vous proposer une illustration qui se veut être une sorte de « kit de survie en temps de crise« .

Bien évidemment cette dernière est essentiellement destinée aux petites et moyennes entreprises.

Kit de survie en temps de crise

#1 – Gérer votre trésorerie avec un maximum de rigueur : votre cash-flow va être la clé incontestable de votre survie. Si vous arrivez à maintenir cette dernière dans des proportions acceptables, vous traverserez très certainement la crise qui s’annonce longue en toute sérénité. Attention donc aux dépenses inutiles, négocier âprement auprès de vos fournisseurs vos dépenses courantes (loyer, comptabilité, téléphone…), négociez les délais de paiement auprès de vos clients pour tenter de les raccourcir au mieux.

#2 – Soyez ultra réaliste : ne vous leurrez pas, soyez ultra réaliste sur vos prévisionnels qui seront très certainement revus à la baisse. Concentrez-vous sur ce que vous savez bien faire et mettez en stand-by vos projets les plus risqués. Ces derniers pourront attendre que le beau temps revienne. Il est essentiel en temps de crise de recentrer votre activité sur ce qui crée réellement de la valeur économique.

#3 – Surveillez votre carnet de commandes : ce dernier est-il supérieur ou inférieur aux objectifs ? Cette donnée est bien évidemment une très bonne indication de là où va votre entreprise.

#4 – Anticipez : ne soyez pas naïf, si vous devez ajuster vos équipes aux réalités du marché en réduisant le nombre d’employés, faites le et vite. Attendre risquerait de condamner votre société et au final de mettre bien plus de monde à la recherche d’un nouvel emploi…

#5 – Innovez dans le vert : adapter votre entreprise aux respects de l’environnement et au développement durable peut être un moyen intelligent de faire des économies et pourquoi pas de s’ouvrir à de nouveaux marchés. Incitez par exemple vos employés à ne pas imprimer à tout va, éteignez les lumières et les postes informatiques lorsqu’ils ne sont pas utilisés, encouragez le télé-travail, virtualisez vos serveurs informatiques, migrer vers une informatique « dans les nuages » (SaaS)…

#6 – Ecoutez vos marchés : depuis l’avènement du Web social ou du participatif (le fameux Web 2.0 que certains annoncent mort avec la crise), les marchés sont des conversations (voir le manifeste des évidences). Utilisez le potentiel des réseaux sociaux pour construire une communauté forte autour de votre marque ou tout au moins écoutez les conversations sur votre marché et participez-y. Vous serez alors nécessairement plus proche des attentes de vos clients et limiterez ainsi les risques lors de la sortie d’une nouvelle offre par exemple.

#7 – Maximisez votre visibilité en ligne : Augmentez la visibilité de votre site Web par des actions de référencement naturel et payant. Vous avez les moyens de calculer précisément ce que vous rapporte tout investissement réalisé dans ce domaine. Si 1€ vous en rapporte 4€ pourquoi s’en priver ? Dopez votre présence en ligne par toutes les techniques de Web marketing qui sont à votre disposition. Ces techniques ne sont pas forcément coûteuses à mettre en oeuvre et les résultats sont là encore mesurables.

#8 – Devenez ultra agile et réactif : Arrêtez l’informatique « à la papa », vous n’êtes pas là pour enrichir Microsoft ou IBM surtout en temps de crise. Intéressez-vous de près à « l’informatique dans les nuages« . De plus en plus de logiciels sont proposés en mode SaaS. Vous ne payez plus pour le logiciel mais pour le service que ce dernier vous rend. Si le service n’est pas à la hauteur, vous pourrez en changer rapidement. L’ensemble de ces services en mode SaaS (CRM, ERP, gestion des mails, calendriers partagés, docs, tableurs, vidéos, blog, microblogging, reporting…) vous feront gagner en réactivité et en efficacité tout en réalisant des économies !

Dernière chose, si vous ne devez en suivre qu’un, optez résolument pour le premier : le cash-flow !

Espérons toutefois que ces conseils ne serviront à rien.

Et vous, avez-vous d’autres conseils à donner ?

La crise accélérera-t-elle le transfert du off vers le online ?

Bien quoi ? Moi aussi il fallait bien que je parle un peu de la crise. Difficile de faire autrement, j’ai résisté jusqu’à maintenant, mais là je krach, je cède sous les coup de boutoir du CAC et du Dow Jones…

Pour commencer, voici une petite compile des liens qui ont attiré mon attention sur le sujet ces derniers temps :

Bien évidemment je me rallierai bien volontiers à l’avis de Greg Pouy qui exhorte, un peu naïvement, les entreprises à ne pas couper leur budget marcom et à faire preuve d’audace en cette période troublée pour sortir du lot. Mais il faut se rendre à l’évidence, durant la crise on cherche tous malheureusement à limiter les risques et les budgets des entreprises vont nécessairement se contracter.

La question que je me pose donc aujourd’hui en tant que dirigeant d’une agence interactive indépendante est de savoir si les acteurs du Web vont être largement et négativement impactés ou si au contraire, la crise ne va pas accélérer le transfert de certains budgets offline vers des dépenses online ?

C’est en substance ce que pense Michelle Blanc. En effet en période de crise, les entreprises vont chercher à rationaliser, économiser et plus encore qu’en temps normal à maximiser leur ROI (retour sur investissement).

Or le Web est excellemment placé lorsque l’on parle d’efficacité, d’économie et de ROI.

Prenons quelques exemples :

Pour diminuer les frais de déplacement, vous pouvez utiliser les systèmes de Web conferencing (WebEx, Skype, dimdim…) qui sont aujourd’hui parfaitement au point. Vous organisez des séminaires coûteux, transférez les sur le Web vous gagnerez en souplesse, en efficacité et bien évidemment en coûts.

Favorisez le télétravail. Là encore les solutions Internet de travail collaboratif (gestion de projet, partage de document, blog, wiki, mircobloging…) s’inscrivent  parfaitement dans une logique d’efficacité dans des environnements de travail distants.

Utilisez le potentiel des réseaux sociaux pour construire une communauté forte autour de votre marque ou tout au moins écoutez les conversations sur votre marché et participez-y. Vous serez alors nécessairement plus proche des attentes de vos clients et limiterez ainsi les risques lors de la sortie d’une nouvelle offre par exemple.

Passez au ebusiness. Dans bien des cas, les PME n’ont pas encore franchi le cap de la vente en ligne. Profitez de cette période de crise pour vous lancer. Les investissements nécessaires ne sont pas forcément démentiels. Ce sera pour vous un nouveau canal de distribution qui pourra vous ouvrir de nouveaux marchés.

Augmentez votre visibilité en ligne par des actions de référencement naturel et payant. Vous avez les moyens de calculer précisément ce que vous rapporte tout investissement réalisé dans ce domaine. Si 1€ vous en rapporte 4€ pourquoi s’en priver ?

Générez du trafic ciblé en utilisant l’email marketing. Là encore les investissements nécessaires ne sont pas déments et les résultats parfaitement mesurable.

Le transfert d’une partie des budgets offline vers le online peut donc être un bon moyen d’affronter plus efficacement une période de crise.

Bon, je vous vois venir, vous allez me dire que je prêche pour ma paroisse (c’est pas totalement faux:), mais une étude toute récente d’Epsilon reprise dans un article d’eMarketer tendrait tout de même à corroborer mon billet.

Etude Epsilon

Alors en cette période de crise, investissez intelligemment vos budgets dans des actions de Web marketing efficaces 🙂

Enfin, dans tous les cas j’espère que nous n’allons pas finir ainsi